< Revenir à la liste
29/09/2017
Editorial du Maire

1- L'automne est là...

Comme tous les ans, les associations ont déployé leurs efforts pour préparer les animations de l'été. Elles se caractérisent par leurs diversités … (festif, culturel, sportif, gastronomique, …). La météo n'a pas contrarié leur déroulement. Dans un autre domaine, la pluviométrie et l'ensoleillement ont été favorables pour la production végétale agricole (plusieurs coupes, foin de qualité, rendement convenable en céréales et bons ensilages de maïs). … de quoi, compenser partiellement, espérons, la stagnation des prix de la viande et du lait pour les agriculteurs.

2- Incertitudes pour nos communes...

Le civisme des populations rurales mériterait certainement d'être mieux récompensé par l’État (avec des taux d'abstention aux élections, bien plus faibles, qu'en zone urbaine). Il semble au contraire que les annonces gouvernementales ne peuvent pas nous rassurer … cf : baisse de crédits à l'investissement dès le deuxième semestre 2017, prolongée en 2018 ? … et pire l'incertitude sur les conséquences de la suppression de la taxe d'habitation, qui constitue souvent plus de 30 % des recettes de fonctionnement pour les communes ….

Aussi, je compte bien exprimer ces inquiétudes, individuellement ou avec d'autres élus ruraux lors du prochain Congrès des Élus de la Montagne en octobre et au Congrès des Maires à Paris en novembre.

Nous devons suivre aussi avec attention les conditions de transfert financier et techniques de la gestion de l'eau potable et de l'assainissement à l'échelle intercommunale en 2018 pour l'eau au Syndicat des Eaux de Mauriac et en 2018 ou 2019 pour l'assainissement avec la Communauté de Communes du Pays de Salers. Les habitants seront conviés à une réunion publique, pour apporter des précisions, sur tous ces sujets (en novembre ou décembre).

Enfin veuillez noter que votre conseil municipal a voté, à l'unanimité (le 25 septembre dernier) une motion pour s'opposer aux accords commerciaux CETA (avec le Canada) et bientôt TAFTA (avec les États-Unis) qui risquent de pénaliser nos éleveurs, sans compter sur les risques touchant à la santé alimentaire.

                                                                                                                                                  Le Maire, J. KLEM

  

Actualités
Admin